PEPS : Programme Émotions Positives pour la Schizophrénie


400Groupe pt

La littérature récente a distingué les symptômes négatifs associés à une diminution de la capacité d’éprouver (apathie, anhédonie) de ceux qui sont associés à une diminution de la capacité d’exprimer (émoussement affectif, alogie). Le syndrome apathie-anhédonie tend à être associé avec un moins bon pronostic que celui lié à une réduction de l’expression, suggérant qu’il s’agit d’un aspect plus sévère de la psychopathologie. Ce syndrome est aussi associé à la durée de psychose non-traitée, une histoire familiale de schizophrénie et le statut professionnel au moment du premier épisode psychotique. La distinction entre ces deux syndromes, réduction de l’expérience et réduction de l’expression, permet probablement une approche plus spécifique du problème.

400Savourer2petit   400Capitaliserpetit   400Anticiperpetit

Le programme émotions positives pour la schizophrénie (PEPS) est un programme groupal qui cherche à réduire l’anhédonie et l’apathie en augmentant le contrôle cognitif des émotions positives. Il s’agit d’un programme en huit séances d’une heure, administré à l’aide de matériel multimédia (visuel et sonore) présenté sous forme de fichiers PowerPoint projetés sur un écran. Les groupes sont composés de 5 à 10 participants. Chaque séance commence par un accueil et un exercice de relaxation ou de méditation. Dès la seconde séance, les animateurs passent en revue la tâche à domicile qui a été prescrite à la fin de la séance précédente. La séance se poursuit avec la remise en question d’une croyance défaitiste, puis l’apprentissage d’une compétence pour améliorer l’anticipation, le maintien, l’augmentation ou la réactualisation d’émotions positives. La séance se termine par la prescription d’une tâche à accomplir pour la séance suivante. Les compétences enseignées sont : savourer l’expérience agréable, exprimer les émotions de manière comportementale, capitaliser les moments positifs et anticiper les moments agréables.

La formation à l’animation de PEPS se nomme ForPEPS et permet d’élargir ses compétences pédagogiques et à développer une position de partenariat.

Présentation rapide de PEPS

« Booster les émotions positives pour améliorer la motivation et le plaisir dans la schizophrénie » – 4ème Congrès de Réhabilitation Psychosociale – 13 &14 octobre 2016 – Marseille

« Comment partager ses connaissances et faire émerger celles du patient : Quelles méthodes pédagogiques ? (compétences pédagogiques et usage de soi dans l’éducation thérapeutique) » – 2èmes Rencontres soignante en psychiatrie : Comment la psychose interroge l’éducation thérapeutique du patient? Santé mentale, 23 novembre 2016 – Montpellier

L’alliance thérapeutique constitue la pierre angulaire de la relation soignant-soigné dans les soins psychiatriques et s’avère une condition essentielle à la réussite du processus thérapeutique. Elle lie le soignant et le soigné dans une dyade collaborative qui nécessite une démarche d’engagement réciproque, un accord sur les objectifs poursuivis ainsi qu’un processus d’ajustement relationnel continu tout au long de la thérapie. Il revient au soignant d’aménager des conditions relationnelles qui permettent la construction du lien, son maintien et son développement dès les premiers instants de rencontre. Trois types de variables semblent influencer l’alliance thérapeutique : celles liées au professionnel, celles liées au patient et celles liées à l’interaction et son contexte. Si cette alliance est essentielle au processus thérapeutique, la formation des professionnels est cruciale. Toutefois, sa place dans les cursus de formation ainsi que l’expertise de son enseignement tendent à diminuer. La recherche en sciences de l’éducation constitue une ressource essentielle pour développer l’enseignement des compétences dans le domaine de l’alliance thérapeutique.

Des exercices de cohérence cardiaque sont utilisés dans PEPS, par exemple la crise de calme. Qu’est-ce que la cohérence cardiaque ? Expliqué par le Dr Charly Cungi.

 

Favrod J, Nguyen A, Fankhauser C, Ismailaj A, Hasler JD, Ringuet A, Rexhaj S, Bonsack C: Positive emotions program for schizophrenia (PEPS): A pilot intervention to reduce anhedonia and apathy. BMC Psychiatry 2015;15:231.

SCImago Journal & Country Rank

Conférence du SIDIIEF du 16 décembre 2015 : Favrod J : PEPS, un programme pour améliorer le plaisir et la motivation dans la schizophrénie.

Nguyen A, Frobert L, McCluskey I, Golay P, Bonsack C, Favrod J: Development of the positive emotions program for schizophrenia: An intervention to improve pleasure and motivation in schizophrenia. Front Psychiatry 2016;7:13.

SCImago Journal & Country Rank

Étude contrôlée randomisée de PEPS : Positive Emotion Program for Schizophrenia (PEPS): a randomized controlled study on improving pleasure and motivation in schizophrenia.

Rebooster les émotions positives, CQFD du 1er mars 2016

Nguyen A, Frobert L, Favrod J: Schizophrénie : réduire l’anhédonie et l’apathie. Santé mentale 2016;206:70-75.

Favrod J, Nguyen A, Fankhauser C, Frobert L, McCluskey I, Rexhaj S: Programme émotions positives pour la schizophrénie (peps) – Franck, N.; Outils de la réhabilitation en psychiatrie. Paris, Elsevier Masson, 2016, pp 127-142.

Chaix J, Golay P, Fankhauser C, Nguyen A, Gooding DC, Favrod J: Confirmatory Factor Analysis of the French Version of the Anticipatory and Consummatory Interpersonal Pleasure Scale. Frontiers in Psychology 2017;8.

SCImago Journal & Country Rank

Vous pouvez télécharger les fichiers pour l’animation de PEPS, ci-dessous. Pour le mode plein écran, activez les touches Ctrl+l.