Compétence : un jeu pour entraîner les habiletés sociales



newcompet

 

Compétence, un jeu pour entraîner les habiletés sociales peut être obtenu auprès d’EuropEtalage.

logo_europetalage

« Compétence » est un jeu de société qui permet de familiariser les professionnels à l’entraînement des habiletés sociales en réduisant l’aspect menaçant de la nouveauté. Il requiert un minimum de quatre joueurs dont un professionnel. Il peut s’appliquer sans formation préalable et n’exige pas de matériel autre qu’une table, des chaises et de quoi écrire.
La première version du jeu Compétence a été éditée en 1992. Le jeu est épuisé depuis 2000. Suite à de nombreuses demandes, nous avons décidé de le rééditer dans une version augmentée avec l’équipe de la Fondation HorizonSud. De nouvelles cartes ont été ajoutées. Dans les cartes questions des cartes portant davantage sur la cognition sociale ont été ajoutées.

Les habiletés sociales
Les habiletés sociales sont l’ensemble des capacités cognitives et comportementales qui nous permettent de communiquer nos émotions et nos besoins, de façon compétente et d’atteindre nos objectifs interpersonnels. Un modèle des habiletés sociales a été conceptualisé sous la forme d’un processus séquentiel comprenant trois étapes : la réception des paramètres de la situation, le traitement des informations permettant de sélectionner une réponse à la situation et la production d’une réponse comportementale [1, 2]. Lorsqu’une personne est impliquée dans une situation sociale, elle devra tout d’abord être attentive et percevoir correctement les informations pertinentes contenues dans cette situation. Il s’agit de percevoir les indices environnementaux qui vont permettre de comprendre la situation sociale. La personne devra, par exemple, savoir identifier les personnes appropriées avec qui interagir, reconnaître les émotions d’autrui, écouter correctement ce que l’autre dit. On appelle ces capacités les habiletés réceptives. Durant la seconde étape, la personne devra déterminer quelle est la réponse la plus effective dans le cadre de la situation. Concrètement, elle pourra imaginer une série de réponses potentiellement efficaces, évaluer les mérites relatifs de chaque option en termes de leurs conséquences possibles et choisir la meilleure réponse. Ces capacités sont appelées habiletés décisionnelles. Finalement, la personne devra émettre la réponse choisie en utilisant des comportements qui seront directement observables dans l’interaction. Ils comprennent le contenu verbal, ce qui est dit et la façon dont c’est dit au niveau non-verbal et paralinguistique. Par exemple le contact visuel, la posture, les gestes, l’orientation du corps, les expressions faciales, le ton, le volume et le rythme de la voix. C’est ce qu’on appelle les habiletés émettrices. Le modèle séquentiel prédit que si une personne présente un déficit en amont du processus, celui-ci aura un impact dans sur les étapes subséquente. Par exemple, si une personne est inattentive dans une conversation, elle ne pourra pas prendre en compte certains paramètres important de la situation, ce qui affectera ses décisions et ses réponses comportementales.

L’entraînement des habiletés sociales
L’entraînement des habiletés sociales est une intervention structurée qui vise à enseigner les habiletés interpersonnelles et à promouvoir le maintien et la généralisation de ces habiletés. Les techniques utilisées traditionnellement comprennent l’établissement d’objectifs, le jeu de rôle, la présentation de modèles, des conseils, le feed-back oral et vidéo, une méthode de résolution de problèmes, la prescription de tâches à accomplir entre les séances. L’entraînement peut être proposé individuellement mais il est préférable de l’administrer dans le cadre de groupes afin de multiplier les sources d’apprentissage.
Les résultats de nombreuses études indiquent que les personnes atteintes de troubles psychiatriques sévères peuvent apprendre de nouvelles habiletés et ainsi améliorer leur fonctionnement dans la communauté [3, 4]. L’entraînement des habiletés sociales améliore le fonctionnement social et la qualité des relations sociales sans forcément réduire les symptômes, les rechutes et les réhospitalisations. Ce qui n’est pas surprenant du fait que le fonctionnement social est relativement indépendant de la symptomatologie aiguë et des rechutes. La généralisation des habiletés sociales est meilleure lorsque l’entraînement est intégré dans la vie quotidienne des patients [5]. Les déficits cognitifs, spécialement les déficits de la mémoire, sont associés à une acquisition plus lente des habiletés sociales [6]. Les interventions qui combinent entraînement des habiletés sociales et intervention psycho-éducationnelle avec les familles présentent les meilleurs résultats sur le syndrome déficitaire que cela soit avec des patients souffrant d’un premier épisode [7, 8] ou des patients qui ont eu plusieurs épisodes [9-11].
Les progrès dans la recherche sur l’entraînement des habiletés sociale ont conduit à des nouveaux développements. Les efforts pour améliorer la généralisation de l’entraînement ont montré que les interventions qui ciblent la pratique in-vivo [5] et qui impliquent le réseau naturel de soutien pour aider les patients à utiliser les habiletés entraînées dans leur vie quotidienne [12] augmentent les bénéfices thérapeutiques. Les interventions qui incluent la remédiation cognitive pour réduire les difficultés d’apprentissage améliorent également les résultats [13-16]. Egalement de nouveaux programmes d’entraînements qui cherchent à contourner les altérations de la mémoire par un entraînement sans erreur conduisent à des résultats prometteurs [4, 17, 18]

La cognition sociale
Plus récemment, ce qu’on appelle la cognition sociale est venue complétée le modèle séquentielle présenté plus haut, notamment pour les habiletés réceptives. Il s’agit de la reconnaissance des expressions faciales, la perception sociale (langage corporel et intonation de la voix), la capacité de comprendre que les autres peuvent avoir des états mentaux différents du sien (théorie de l’esprit) et la capacité d’attribuer de façon nuancée les causes des événements. De ces différents éléments, la théorie de l’esprit reste un des concepts les plus défiants. Il inclut notamment la capacité de décoder l’intention d’autrui. Les patients souffrant de schizophrénie manifestent des difficultés à reconnaître l’intention d’autrui, ce qui pourrait contribuer à une idéation délirante. Ce déficit de la théorie de l’esprit est particulièrement attrayant pour expliquer les idées de référence ou de persécution. Les patients schizophrènes montrent des difficultés face aux situations qui demandent une prise de distance ou un changement de perspective et de l’empathie pour les autres [19]. Une perception déformée de l’intention et des actions des autres peut favoriser des problèmes interpersonnels. Les déficits en théorie de l’esprit sont cependant observés dans d’autres désordres psychiatriques, mais leurs implications pathogéniques dans la formation des délires sont sujettes à controverse [20]. Si les idées paranoïdes reflètent un jugement incorrect de l’intention d’autrui (il me veut du mal, il m’observe, etc.), il semble dès lors inévitable que des difficultés à identifier l’intention d’autrui conduisent à l’idée que les gens dissimulent leur intention ou fomentent une conspiration. Néanmoins, nombre de gens affectés par des idées paranoïdes ne pensent pas que leurs persécuteurs déguisent leurs intentions et pensent au contraire que l’intention de ces derniers est claire. De plus, si le dessein d’autrui est perçu comme obscur, les idées de persécution ne devraient pas être limitées à une personne ou à un groupe, ce qui est toutefois fréquemment décrit par ces patients. Egalement d’autres troubles sont associés à des déficits de la théorie de l’esprit comme l’autisme qui ne conduit pas à la formation d’idées délirantes. Les déficits de la théorie de l’esprit s’ils contribuent aux idées délirantes comme facteur aggravant ont probablement un impact plus important dans le fonctionnement interpersonnel en compliquant le traitement de l’information et affectant la lecture et la compréhension de situations sociales [21]. Dans ce contexte, les déficits de la théorie de l’esprit sont particulièrement intéressants pour venir compléter l’entraînement des habiletés sociales et chercher à améliorer le fonctionnement interpersonnel dans la schizophrénie. Il est donc important de mieux inclure la cognition sociale dans l’entraînement des habiletés sociales. Par exemple, l’équipe de David Penn a développé un programme d’entraînement des habiletés sociales qui comprend l’entraînement de la cognition sociale [22, 23], appelé entraînement à la cognition sociale et l’interaction. Cet entraînement semble prometteur bien qu’il nécessite encore des études contrôlées pour être validé dans le domaine des troubles du spectre de la schizophrénie.

1. Wallace, C.J., et al., A review and critique of social skills training with schizophrenic patients. Schizophr Bull, 1980. 6(1): p. 42-63.
2. Favrod, J., Habiletés sociales : Québécisme désuet ou concept moderne? Journal de Thérapie Comportementale et Cognitive, 1993(3): p. 66-67.
3. Kurtz, M.M. and K.T. Mueser, A meta-analysis of controlled research on social skills training for schizophrenia. J Consult Clin Psychol, 2008. 76(3): p. 491-504.
4. Pfammatter, M., U.M. Junghan, and H.D. Brenner, Efficacy of psychological therapy in schizophrenia: conclusions from meta-analyses. Schizophr Bull, 2006. 32 Suppl 1: p. S64-80.
5. Glynn, S.M., et al., Supplementing clinic-based skills training with manual-based community support sessions: effects on social adjustment of patients with schizophrenia. Am J Psychiatry, 2002. 159(5): p. 829-37.
6. Mueser, K.T. and A.S. Bellack, Social skills training: Alive and well? Journal of Mental Health, 2007. 16(5): p. 549-552.
7. Thorup, A., et al., Integrated treatment ameliorates negative symptoms in first episode psychosis–results from the Danish OPUS trial. Schizophr Res, 2005. 79(1): p. 95-105.
8. Petersen, L., et al., A randomised multicentre trial of integrated versus standard treatment for patients with a first episode of psychotic illness. Bmj, 2005. 331(7517): p. 602.
9. Granholm, E., et al., A randomized, controlled trial of cognitive behavioral social skills training for middle-aged and older outpatients with chronic schizophrenia. Am J Psychiatry, 2005. 162(3): p. 520-9.
10. Valencia, M., et al., A psychosocial skills training approach in Mexican out-patients with schizophrenia. Psychol Med, 2007. 37(10): p. 1393-402.
11. Valencia, M., et al., Application in Mexico of psychosocial rehabilitation with schizophrenia patients. Psychiatry, 2010. 73(3): p. 248-63.
12. Tauber, R., C.J. Wallace, and T. Lecomte, Enlisting indigenous community supporters in skills training programs for persons with severe mental illness. Psychiatr Serv, 2000. 51(11): p. 1428-32.
13. Hogarty, G.E., et al., Cognitive enhancement therapy for schizophrenia: effects of a 2-year randomized trial on cognition and behavior. Arch Gen Psychiatry, 2004. 61(9): p. 866-76.
14. Roder, V., et al., Integrated psychological therapy (IPT) for schizophrenia: is it effective? Schizophr Bull, 2006. 32 Suppl 1: p. S81-93.
15. Silverstein, S.M., et al., Effectiveness of a two-phase cognitive rehabilitation intervention for severely impaired schizophrenia patients. Psychol Med, 2005. 35(6): p. 829-37.
16. Galderisi, S., et al., Social skills and neurocognitive individualized training in schizophrenia: comparison with structured leisure activities. European archives of psychiatry and clinical neuroscience, 2010. 260(4): p. 305-15.
17. Kern, R.S., et al., Extensions of errorless learning for social problem-solving deficits in schizophrenia. Am J Psychiatry, 2005. 162(3): p. 513-9.
18. Granholm, E., D. Ben-Zeev, and P.C. Link, Social disinterest attitudes and group cognitive-behavioral social skills training for functional disability in schizophrenia. Schizophr Bull, 2009. 35(5): p. 874-83.
19. Frith, C.D., Schizophrenia and theory of mind. Psychol Med, 2004. 34(3): p. 385-9.
20. Garety, P.A. and D. Freeman, Cognitive approaches to delusions: a critical review of theories and evidence. Br J Clin Psychol, 1999. 38 ( Pt 2): p. 113-54.
21. Phillips, M.L., C. Senior, and A.S. David, Perception of threat in schizophrenics with persecutory delusions: an investigation using visual scan paths. Psychol Med, 2000. 30(1): p. 157-67.
22. Roberts, D.L. and D.L. Penn, Social cognition and interaction training (SCIT) for outpatients with schizophrenia: a preliminary study. Psychiatry Res, 2009. 166(2-3): p. 141-7.
23. Combs, D.R., et al., Social Cognition and Interaction Training (SCIT) for inpatients with schizophrenia spectrum disorders: preliminary findings. Schizophr Res, 2007. 91(1-3): p. 112-6.
24. Liberman, R.P. and A. Kopelowicz, Recovery from schizophrenia: a concept in search of research. Psychiatr Serv, 2005. 56(6): p. 735-42.